15% des français n’utilisent pas Internet!

15% des français n’utilisent pas Internet!

Le CHOC : ce nombre peut paraître étonnant !

Et pourtant c’est la réalité communiquée par les chiffres officiels de l’INSEE dans leur étude INSEE PREMIÈRE n°1780 parue le 30 octobre 2019 suite à l’enquête annuelle auprès des ménages sur les technologies de l’information et de la communication.

En effet, l’INSEE nous dit que les Français ne sont pas tous égaux face à l’information notamment sur deux points en particulier. Le premier réside dans l’accès à cette information à travers l’utilisation des outils spécifiques d’aujourd’hui (ordinateurs, smartphones, tablettes) et le deuxième se trouve dans l’apprentissage et l’acquisition de compétences pour utiliser ces outils.

Petite précision avant d’aller plus loin, le sujet des inégalités face au numérique est connexe à d’autres problématiques que nous ne traiterons pas ici comme les risques liés à l’isolement, les politiques publiques à mettre en place pour lutter contre la fracture digitale, la prise en compte par les marques de ces réalités, tous les sujets autour de la Silver économie etc. D’autres blogs abordent bien mieux que nous ces différents sujets.

L’objet de notre article portera plutôt sur les inégalités de l’accès à l’information et aux compétences nécessaires pour appréhender les outils d’aujourd’hui. En particulier, ce qui va nous intéresser est de savoir qui sont ces personnes pour qui le digital est un obstacle au quotidien et comment les faire profiter des services rendus par le digital ?

La QUESTION : Qui sont ces personnes ?

Le tableau ci-dessus intitulé « équipement, usage d’Internet et capacité numérique » présente selon différents critères socio-démographiques l’usage et l’équipement d’Internet. Si l’on s’attarde sur quelques-uns de ces chiffres, nous remarquons que plus d’une personne sur deux de 75 ans ou plus n’a pas accès à Internet à son domicile et n’utilise donc pas internet. La génération des babyboomers elle-même est concernée par cette réalité puisqu’un babyboomer sur quatre n’a pas non plus utilisé internet au cours de l’année, bien qu’un sur six possède l’équipement requis pour le faire. Pour le reste de la population, la tendance est complètement inverse puisque moins de 3% des 15-44 ans n’ont pas utilisé internet au cours de l’année. Néanmoins, ces 3% sont tout de même intrigants et il serait intéressant de voir leur évolution dans le temps afin de savoir s’ils constituent un seuil de résistance qui peut s’expliquer par différents facteurs (zones blanches, exclusion volontaire etc.). 

En ce qui concerne le niveau d’étude, il s’agit également un indicateur clé pour comprendre ce phénomène. Conformément à une intuition générale, les personnes les moins diplômées sont plus à même de ne pas avoir utilisé Internet au cours de l’année. Plus le nombre de diplômes scolaires est faible, moins l’utilisation d’Internet est effective.

On notera par ailleurs que les femmes sont plus concernées par la non-utilisation d’internet et de façon générale par ce que l’INSEE appelle l’illectronisme.

« En 2019, 15 % des personnes de 15 ans ou plus n’ont pas utilisé Internet au cours de l’année »

En conclusion, nous pouvons déduire de ce tableau plusieurs axes explicatifs pour identifier les personnes qui n’utilisent pas Internet :

  • La génération pré-babyboomers est la principale concernée
  • L’éducation est une véritable cause de cette inégalité
  • Le milieu professionnel permet d’être lié au monde numérique
  • Globalement, entre 15 et 59 ans, posséder de l’équipement implique d’utiliser Internet
  • Il semble exister une barrière de 3% d’utilisateurs non utilisateurs d’Internet dans les tranches d’âges les plus jeunes

LE VRAI PROBLÈME : le manque de compétence sur ce canal

La « Jungle Internet » est une métaphore à laquelle beaucoup de Français peuvent penser dans la mesure où 24 % de la population est toujours incapable d’obtenir de l’information sur Internet d’après l’INSEE. Ce chiffre se décompose de la manière suivante : 9% des usagers d’Internet se sentent réellement incompétents bien et les 15 % restants sont des non-usagers d’Internet.

En regardant plus dans le détail, nous nous apercevons que même parmi les utilisateurs d’Internet, 33 % ne sont pas en mesure de se renseigner sur des produits et services et 49 % de rechercher des informations administratives.

« Une personne sur quatre ne sait pas s’informer et une sur cinq est incapable de communiquer via Internet »

Les plans de réduction de ces inégalités mis en place par l’Etat ainsi que la contribution des opérateurs à couvrir le territoire d’accès à Internet sont une première étape dans la lutte contre l’illectronisme. Se pose également la question de l’alternative à Internet en particulier pour les populations les plus exposées à l’illectronisme. Aujourd’hui, et c’est notre ressenti personnel, ce phénomène est souvent sous-estimée par la plupart des acteurs du digital, bien que la plupart des grandes entreprises de la place de Paris soient en train de construire un discours mettant en avant l’inclusion digitale. Chez The Mobile Concept, notre ADN est justement d’apporter des solutions à cette problématique en aidant les personnes qui n’utilisent pas Internet à accéder à des services pour lesquels Internet est un pré-requis. Nous créons des passerelles entre le web et d’autres canaux avec lesquels ces personnes exclues du digital sont plus à l’aise, notamment un en particulier : la voix.

Dans chacun de nos services, nous nous efforçons de créer des interfaces vocales qui permettent aux utilisateurs de retrouver la même information que sur Internet mais via la voix. Par exemple, l’information d’un programme de télévision disponible partout sur internet va faire l’objet d’un service particulier chez nous avec une interface vocale pensée expressément pour cet usage.

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre démarche, n’hésitez pas à nous contacter via le chat ou via le formulaire.

 

Source: INSEE Première n° 1780 d’octobre 2019 sur https://www.insee.fr/fr/statistiques/4241397 téléchargeable ici